Diagnostic de l’ostéoporose – Sauter pour combattre la diminution de la masse osseuse

03.12.2015
Un homme debout, de face brise un cracker entre ses mains. Il fait un lien avec l'ostéoporose.

 « Au secours mes os se brisent! »

Le diagnostic du médecin tombe inattendu et soudain. De fortes douleurs au niveau de la colonne vertébrale thoracique qui même après des semaines ne disparaissent pas, amènent le médecin vers un tel diagnostic.

La radiographie montrera que la vertèbre dorsale s’est véritablement tassée sur elle-même. Ce genre de fracture aussi nommé « fractures faciles » peut également survenir lors d’une charge physique normale, sans que la personne ne tombe ou se fasse mal d’une quelconque manière.

Les personnes les plus touchées sont souvent les femmes après la ménopause. En raison de la carence en œstrogènes liée à ce moment précis de la vie, il se peut qu’il y ait une réduction plus rapide de la densité osseuse qui pendant ce temps perdra de sa teneur en minéraux et de la matière organique.
Ceci mène à un malentendu entre la dureté et l’élasticité de l’os.
Un os sain doit être assez dur pour stabiliser le corps et résister à la pesanteur mais aussi assez élastique pour intercepter les effets de forces extérieures et ne pas rompre. On peut facilement comprendre ce phénomène en prenant les biscottes en exemple. Après qu’on ait retiré l’eau de celles-ci, le pain est dur et non élastique et va de ce fait se briser sous une torsion ou pression.
De telles fractures ne surviennent pas seulement au niveau de la colonne vertébrale, mais peuvent survenir sur tout le squelette. Les fractures prédominantes sont les fractures du col du fémur, celles du poignet et celles du bassin. L’effondrement d’une partie de la colonne vertébrale est très douloureux et mène la plupart du temps à un tassement des différentes parties de la colonne vertébrale. Les nerfs ressortant de la colonne peuvent ainsi être comprimés et peut mener à des problèmes neurologiques. Nous pourrions à partir de la penser que le patient reçoive l’ordre de ne plus bouger afin de ne pas aggraver sa situation. Toutefois, un soin sur long terme peut amener à une ostéoporose dite d’inactivité. De ce fait, après une telle fracture il est vivement conseillé aux personnes touchées de redevenir actives.

Une thérapie naturelle de l’ostéoporose

Une thérapie avec médicaments servira à calmer les douleurs et l’administration d’œstrogènes, de calcium, de Vitamine D et du fluorure de sodium va veiller à la stabilisation du métabolisme minéral.
Cependant étant donné que l’ostéoporose est une maladie porteuse de douleurs chroniques, une thérapie à base de médicaments couplée d’un traitement de la masse osseuse dure le plus souvent plus d’un an. Sur une plus longue durée le traitement rajoute malheureusement une charge au corps.
La physiothérapie a pour but la diminution de la peur d’une prochaine fracture et l’amélioration de la mobilité et de l’énergie pour un meilleur équilibre.

Ne laissez pas la maladie aller si loin !!

Le métabolisme osseux est un processus compliqué et complexe. Au fond on pourrait dire « Use it or lose it » [utilise-le ou perd-le]. Une activité sportive régulière dès nos plus jeunes années a une répercussion positive sur la masse osseuse des années durant. La puberté est le moment clé. Nos enfants devraient ainsi beaucoup sauter, bouger, bondir, courir. Le mouvement contre la pesanteur est le programme préventif le plus efficace car l’os a besoin du stimulus adéquat pour se développer de manière stable et élastique. À travers la pression exercée lors des sauts, des bonds, etc. un champ électrique va se former dans l’os, aussi plus connu sous le nom d’effet piézoélectrique. Celui-ci veille au renouvellement du métabolisme minéral et c’est lui qui va, dans un âge plus avancé, améliorer le processus de guérison.

Ce n’est jamais trop tard!!

Docteur Joachim Schulz de Bad Malente, Médecine Générale, a pu lors d’une étude restreinte (12 participants) prouvé que chez les patients avec une faible densité osseuse diagnostiquée, au travers de la pratique quotidienne du trampoline bellicon, que la prise de médicament devenait superflue. Le seul fait de mouvement contre la pesanteur maintien la matrice osseuse et veille à une saine construction de l’os.
Il est ainsi jamais trop tard pour commencer. Même lorsque des dommages ont déjà été causés, il est conseillé de pratiquer des entrainements sur le bellicon. Ceci cependant sous les directives d’une équipe thérapeutique.
Deux tiers des femmes de plus de 80 ans souffrent d’ostéoporose. Or, même dans un âge avancé, avec l’aide du mini-trampoline, il est possible d’améliorer sa structure osseuse. La force de traction est tout spécialement efficace contre la réduction de la masse osseuse et aide à être assuré dans la vie de tous les jours.

7 conseils pour un entrainement spécial ostéoporose sur le bellicon bénéfique pour la santé

  • Pour soigner l’ostéoporose avec le mini-trampoline, une forte tension d’élastiques est nécessaire afin d’atteindre une plus grande charge.
  • Une plus grande dynamique est possible quand on le combine avec de légers sautillements ; les os peuvent alors du fait des mouvements et de ce que cela exige se régénérer et se fortifier.
  • S’il ne vous ait pas possible de réaliser cela en raison de trop fortes douleurs, le seul fait d’osciller amène aussi à une meilleure santé. Cela n’a en revanche pas le même effet sur la conservation de la stabilité des os. De plus, l’entrainement sur le mini-trampoline avec des exercices adéquats pour l’équilibre diminuent les risques de chutes et la peur de celles-ci.
  • À travers la haute élasticité des élastiques l’entrainement individuel devient beaucoup plus productif.
  • Un entrainement quotidien est très important pour le renforcement et la construction des os.

Pour commencer, effectuer des sauts sur votre trampoline pendant 3-5 minutes tous les jours et augmenter de façon constante la durée jusqu’à atteindre les 15 min par jour.

Vos os vont vous remercier ! Avant que vous ne commenciez à sauter, parlez de ce nouvel entrainement à votre médecin.

Partager le contenu